atour


atour

atour [ atur ] n. m.
atur 1170; de atourner « 1. parer »
1Anciennt Toilette, ornement. Dame d'atour, dont la charge était de présider à la toilette d'une reine, d'une princesse.
2Au plur. (Vx ou plais.) Toilette et parure féminine. Parée de ses plus beaux atours. ornement, vêtement.

atour nom masculin (ancien français atourner, se parer) Dame ou demoiselle d'atour, Femme qui était chargée de présider à la toilette d'une souveraine, d'une princesse, etc. ● atour (expressions) nom masculin (ancien français atourner, se parer) Dame ou demoiselle d'atour, Femme qui était chargée de présider à la toilette d'une souveraine, d'une princesse, etc.

⇒ATOUR, subst. masc.
A.— Au sing., HIST.
1. Toilette de femme noble. Dame (ou demoiselle) d'atour. Dame ou demoiselle qui présidait à la toilette de la reine ou des princesses. Femme (ou fille) d'atour. Femme chargée de l'entretien des robes et parures de la reine ou des princesses :
1. Monsieur passait ses soirées chez Mme de Balbi, dame d'atour de Madame. Mme de Balbi, vive, spirituelle, amie chaude, ennemie décidée, réunissait chez elle tout ce qu'il y avait de plus distingué; c'était un honneur que d'y être admis; on s'y trouvait au centre du goût et du bon ton.
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 941.
2. Coiffure en forme de croissant portée par les femmes nobles des XIVe et XVe siècles.
Toile d'atour. ,,Voile léger qui pendait de ces coiffures`` (LELOIR 1961); p. ext. tissu utilisé pour ces voiles :
2. ... « Ces beaux mignons », dit l'auteur de l'Isle des hermaphrodites, « portoient les cheveux longuets, frisés et refrisés, remontans par-dessus leurs petits bonnets de velours, comme font les femmes, et leurs fraises de chemises de toile d'atour empesées et longues de demi-pied, de façon que voir leurs têtes dessus leurs fraises, il sembloit que ce fust le chef de saint Jean en un plat. »
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 102.
B.— (Le plus souvent) au plur., et parfois iron. Tout ce qui entre dans la parure des femmes; en partic. parure riche et/ou surannée. Beaux, grands, riches atours :
3. ... il la menait, les jours de fête, au chef-lieu du département, et, affublée de tous ses atours, la petite femme dansait là de tout son cœur avec la garnison, dans les salons de la préfecture.
MUSSET, La Confession d'un enfant du siècle, 1836, p. 245.
4. Ce voile de dentelle appartient-il bien légitimement à cette malheureuse enfant? N'a-t-elle pas honte de ces satins brochés, de ces velours à gros plis, de ces peluches et de ces hermines? Tout cela est d'un goût suranné qui accuse des fantaisies au-dessus de son âge. Ainsi parlaient les mères, en admirant toutefois un choix constant d'atours et d'ornements d'un autre siècle qui leur rappelaient de beaux souvenirs.
NERVAL, Les Filles du feu, Dédicace à Alexandre Dumas, 1854, p. 498.
5. Une nombreuse bourgeoisie émergea à la lumière dans tous ses atours. Les dames avaient de grandes bottines jaunes, des robes de soie claire, des chapeaux à fleurs; les messieurs avaient des bottines jaunes ou des souliers blancs, des chapeaux de paille et des gilets blancs.
DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 22.
Au sing. :
6. Plus haut s'ouvraient leurs corolles çà et là avec une grâce insouciante, retenant si négligemment, comme un dernier et vaporeux atour, le bouquet d'étamines, fines comme des fils de la Vierge, qui les embrumait tout entières, qu'en suivant, qu'en essayant de mimer au fond de moi le geste de leur efflorescence, je l'imaginais comme si ç'avait été le mouvement de tête étourdi et rapide, au regard coquet, aux pupilles diminuées, d'une blanche jeune fille, distraite et vive.
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 112.
P. métaph. ou au fig. [Appliqué à une chose concr. ou abstr.] Parure, ornement :
7. C'est ce qu'exprimait l'un d'eux (Giraudoux, m'assure-t-on) quand il ripostait, non sans humeur, à ce traducteur le priant de lui dire quelle avait été, dans tel passage, sa pensée isolée de ses atours, ceux-ci étant intraduisibles : « Croyez-vous que je le sais? » Ce béotien manifestait en effet une incompréhension totale du genre littéraire dont il se mêlait.
BENDA, La France byzantine, 1945, p. 114.
8. Ils volent haut. Tout s'estompait dans le jeu des ombres crépusculaires. Éparses parmi les champs nus, les maisons au loin, déparées des atours de la frondaison, prenaient l'allure d'austères paysannes attardées à l'ouvrage.
G. GUÈVREMONT, Le Survenant, 1945, p. 25.
Rem. Ac. 1932, ROB. et QUILLET 1965 précisent que le mot ,,ne s'emploie plus aujourd'hui qu'au pluriel``; DUB. enregistre la vedette au plur. atours. Les dict. hist. signalent également qu'on emploie le mot surtout au plur. GUÉRIN 1892 note toutefois qu'on l'emploie ,,quelquefois au sing.`` LITTRÉ défend l'emploi au sing. : ,,Aujourd'hui ce mot ne s'emploie guère qu'au pluriel; cependant le singulier reste bon, et les écrivains doivent le défendre.``
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1150-60 « vêtement (d'un homme) » (THOMAS, Tristan, éd. Wind. fragment Douce, p. 503 : Mult fud Tristan surpris d'amur; Ore s'aturne de povre atur, De povre atur, de vil abit, Que nuls ne que nule quit Ne aparceive que Tristan seit); 1155 (WACE, Brut, éd. Arnold, 10505 ds KELLER, p. 62a); 1170-71 « id. (d'une femme) » (CHR. DE TROYES, Cligès, éd. W. Foerster, 1348); ca 1280 au plur. riches atours (ADENET LE ROI, Cléomadès, éd. van Hasselt, 17035 ds T.-L.); 1492 damoiselle d'actours « demoiselle chargée de présider à la toilette d'une princesse » (A. N. KK 82 ds GDF. Compl.); av. 1630 dame d'atour (D'AUBIGNÉ, Œuvres, éd. Réaume et Caussade, t. 4, p. 156, d'apr. Glossaire par Legouëz, 1892, p. 104).
Déverbal de atourner étymol. 2.
STAT. — Fréq. abs. littér. :124.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — Cost. 1899. — DUCH. Beauté 1960, p. 90. — GAY t. 1 1967 [1887]. — GOUG. Mots t. 2 1966, p. 149. — LABORDE 1872. — LELOIR 1961.

atour [atuʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1280, au plur.; atur, 1150-60; de atourner.
1 Anciennt. Toilette de femme noble (rare, sauf dans dame d'atour; → ci-dessous, 4.).
Coiffure de femme noble (aux XIVe et XVe siècles).Toile d'atour, voile qui ornait ces coiffures; tissu utilisé pour ces voiles.
2 Vx. Parure recherchée.REM. Cet emploi est encore attesté chez Proust, métaphoriquement.
1 Dégrafez-moi cet atour des dimanches (…)
La Fontaine, Contes, V, 10.
3 Mod. || Atours, n. m. pl. Toilette et parure féminine (par plais. et seult dans quelques syntagmes). || Mettre, se parer de ses plus beaux atours.Littér. || De beaux, de grands, de riches atours.
2 L'autre mois, on l'emploie à changer tous les jours
Quelque chose à l'habit, au linge, à la coiffure.
Le deuil enfin sert de parures,
En attendant d'autres atours.
La Fontaine, Fables, VI, 21.
3 L'autre, pour se parer de superbes atours (…)
Racine, Esther, I, 1.
4 (…) elle portait sans distinction ses beaux atours (…)
G. Sand, la Mare au diable, XII, 105.
5 (…) une belle fille qui s'offre aux regards dans toute la magnificence de ses atours.
Taine, Philosophie de l'art, t. I, II, 6.
4 Loc. Hist. D'atour. || Dame, demoiselle d'atour : dame, demoiselle dont la charge était de présider à la toilette d'une reine, d'une princesse. || Femme, fille d'atour : femme chargée de l'entretien des robes d'une reine, d'une princesse. Atourneuse (vx).
6 Il veut faire Mlle de Grancey dame d'atour de Madame.
Mme de Sévigné, 163.
Par métaphore, vieux :
7 Plus l'obstacle est puissant, plus on reçoit de gloire
Et les difficultés dont on est combattu,
Sont les dames d'atour qui parent la vertu.
Molière, l'Étourdi, V, 2.
8 (…) la dame s'était mise
En un habit à donner de l'amour.
La négligence, à mon gré si requise,
Pour cette fois fut sa dame d'atour.
Point de clinquant, jupe simple et modeste (…)
La Fontaine, Contes, II, 5.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • atour — ATOUR. s. m. Parure. Il ne se dit que De la parure des femmes, et guère qu au pluriel. Elle avoit ses plus beaux atours. Quand elle est dans ses beaux atours. [b]f♛/b] On appelle chez les Reines et chez les Princesses de la Famille Royale, Dame d …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Atour — (fr., spr. Atuhr), Putz, Schmuck; daher Damed atour, 1) am französischen Hofe, die den Schmuck der Königin verwahrende Hofdame; 2) überhaupt Hofdame; 3) Kammerfrau einer Fürstin. Atourniren, putzen, schmücken; Atournement (spr. Aturn mang), das… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Atour — [a tu:ɐ̯] der; s, s (meist Plur.) <aus gleichbed. fr. atour zu atourner, vgl. ↑atournieren> (veraltet) weiblicher Putz, Schmuck, Staat …   Das große Fremdwörterbuch

  • atour — Atour, ou Chaperon de femme, soit de veloux, ou de drap, Mitra, Mitra matronalis, Mitella, B. voyez Attour. Qui ont l atour, Mitellatae matronae, vel vmbellatae …   Thresor de la langue françoyse

  • atour — Atour. s. m. Parure de femme. Il n est plus en usage qu au pluriel, & seulement dans le stile commun. Elle avoit tous ses beaux atours. Dame d atour, Dame dont la charge est de coiffer & d habiller la Reine …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Atour — (frz. atur), Schmuck, Putz; daher atourniren, putzen; Atournement, das Putzen …   Herders Conversations-Lexikon

  • atour — (a tour) s. m. 1°   Parure des femmes. •   L autre, pour se parer de superbes atours, Des plus adroites mains empruntait le secours, RAC. Esth. I, 1. •   Si la princesse eût paru dans ses atours...., HAMILT. Gramm. 7. •   Rosette, sous de frais… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ATOUR — s. m. Parure. Il ne s emploie guère qu au pluriel, et ne se dit qu en parlant De la parure des femmes. Elle avait ses plus beaux atours. Quand elle est dans ses atours.   Au singulier, Dame d atour, Dame dont la charge est de présider à l… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ATOUR — n. m. Parure. Il ne s’emploie guère qu’au pluriel et ne se dit qu’en parlant de la Parure des femmes. Elle avait ses plus beaux atours. Quand elle est dans ses atours. Au singulier, Dame d’atour, Dame dont la charge était de présider à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Atour — The French name, used in England, for a specific style of women s headwear. The English word was *tire. These were tall, slender cones, using silver wire as a structure around which light materials would be hung. As a foundation they used the… …   Dictionary of Medieval Terms and Phrases